de portraits
Portrait
Débat d'idées

Frédéric Worms

La vie est sans doute la réalité ultime. Mais elle n’est pas une notion simple ; elle est divisée, polarisée, critique. Pas de vie sans opposition à la mort, sans différence entre les vivants ; sans différence entre le pouvoir et le soin !

Philosophe spécialiste de Bergson, Frédéric Worms propose d'étudier l'histoire de la philosophie du XXe siècle et nos sociétés actuelles en y distinguant différents grands « moments ».

Mis à jour le 05/06/2019

2 min

Qu'est-ce qu'un philosophe français ? Frédéric Worms répond en citant trois éléments : la reconnaissance des pairs, la création d'une œuvre et la participation au débat public.

Trois critères que l'on pourrait appliquer à sa carrière. Il satisfait au premier par son parcours universitaire brillant, du concours de l'École normale supérieure à l'habilitation à diriger des recherches, en passant par une thèse sur Bergson, soutenue en 1995. Il est aujourd’hui professeur de philosophie contemporaine à l’École normale supérieure.

Le second critère est quant à lui rempli par l'édification d'un corpus philosophique d'envergure, autour de l'œuvre de Bergson mais aussi des notions de soin et de vivant (Le Moment du soin, 2010 ; Le Moment du vivant, 2016).

Enfin, Frédéric Worms se confronte à la vie publique en participant à la revue Esprit, dans laquelle il publie une chronique régulière et, depuis 2017, en animant l'émission hebdomadaire « Matières à penser » sur France Culture.

Frédéric Worms s'intéresse d'abord à Bergson à travers une Introduction à Matière et Mémoire (1998), un Vocabulaire de Bergson (2000) et une édition critique des Deux sources de la morale et de la religion (2004). Il publie ensuite en 2009 La Philosophie en France au XXe siècle –  Moments, dans lequel il propose de découper la période en quatre grands « moments » : le moment « 1900 », lié à la question de l'esprit, le moment de la « Seconde Guerre mondiale », confronté au problème de l'existence, le moment des « années 60 », caractérisé par le problème de la structure et enfin le moment « contemporain ».

Dans son ouvrage Le Moment du soin. À quoi tenons-nous ?, le philosophe s'intéresse à la première décennie du XXIe siècle, qu'il associe à la notion de « soin » – à la fois condition de la vie et attention à autrui –, en péril dans nos sociétés actuelles.

Les écrits de Frédéric Worms éclairent l'histoire de la philosophie française comme son influence dans le monde académique. En problématisant la notion de « moment » historique, qui peut à la fois qualifier la singularité d'une époque et occulter ses liens avec ce qui vient avant et après, il offre à l'histoire de la pensée un outil théorique permettant d'échapper au déterminisme comme à l'anachronisme.

Frédéric Worms est également responsable du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine. Son objectif : « éprouver la singularité de la philosophie française contemporaine dans sa relation avec les autres grands mouvements philosophiques ».

  • 1995

    1995

    Frédéric Worms soutient sa thèse « Le problème de l'esprit : psychologie, théorie de la connaissance et métaphysique dans l’œuvre de Bergson » à l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand.

  • 2004

    2004

    Il est professeur des universités à Lille-III, et participe à la première édition critique des œuvres de Bergson (PUF).

  • 2009

    2009

    Avec La Philosophie du XXe siècle en France – Moments, il devient une référence de l'histoire des idées françaises.

  • 2010

    2010

    Le Moment du soin. À quoi tenons-nous ? synthétise articles et travaux sur la notion de soin.

  • 2017

    2017

    La dimension politique de son travail se fait plus explicite dans Les Maladies chroniques de la démocratie (Desclée de Brouwer).

L'Institut français et le philosophe

Frédéric Worms est l’initiateur du séminaire « Actualité critique européenne », cycle de rencontres organisées dans toute l’Europe en partenariat entre l’ENS et l’Institut français, ouvert en 2019 lors de la Nuit des idées à l’ENS.

L'institut français, LAB