de portraits
Portrait
Numérique

Julie Desmet-Weaver

C'est l'étonnement qui est le déclencheur du changement car il ouvre grandes les portes de l'imagination : tout commence par un éblouissement.

Du haut de sa jeune carrière, Julie Desmet-Weaver s'est déjà illustrée comme une artiste souhaitant dynamiter les formes artistiques, relire la mythologie et créer de nouveaux langages. Entre numérique, littérature et danse, elle imagine des univers contemporains capables de réunir le virtuel et l'émotion.

Mis à jour le 28/01/2020

2 min

C’est au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Marseille et au Studio Ballet de Colette Armand que Julie Desmet-Weaver s'est formée au théâtre, à la danse et au chant. Tandis qu'elle se perfectionne dans les cours d'Eva Saint-Paul et de Raymond Acquaviva à Paris, elle devient interprète au sein de plusieurs spectacles contemporains musicaux et classiques. En 2003, elle fonde la compagnie Underground Sugar et joue, au côté, de Colette Teissèdre Victor Hugo et la politique au Théâtre du Gymnase.

Tout en incarnant sur les planches les textes de Paul Claudel, Eugène Ionesco ou encore Jean Genet, Julie Desmet-Weaver se lance dans la mise en scène en 2004. Deux ans plus tard, elle monte avec Caroline Pallares au Festival Off d'Avignon son Juliette Montaiguë, d'après Shakespeare, et entame, en 2012, sa collaboration avec Eugénie Andrin en adaptant l'indémodable Ondine au Théâtre de l'Observance à Avignon.

En perpétuelle quête esthétique, Julie Desmet-Weaver questionne les rencontres entre les arts, les formes et les histoires. Elle cherche à créer un nouveau langage impliquant l'écriture, le numérique mais aussi le théâtre et la danse : son travail veut inventer des canaux artistiques inédits en multipliant les disciplines et les formats.

En 2014, Julie Desmet-Weaver réalise, avec Phèdre, la dernière danse, une relecture chorégraphique de Phèdre avec sa complice Eugénie Andrin et le danseur étoile Jean Guizerix, nouant ainsi des liens audacieux entre univers sonore, mouvement et composition dramatique.

Julie Desmet-Weaver est constamment en quête de nouvelles expériences interactives et internationales. Elle écrit, avec Axel Beaumont et Marie-Aude Ravet la websérie Ma vie réelle #àl’autreboutdumonde, véritable narration imaginée pour les réseaux sociaux sur les thématiques de l'invitation au voyage et de la découverte de l’autre. Pendant deux mois, l'utilisateur reçoit les posts et les stories de huit hommes et femmes aux quatre coins du monde, de la Mongolie à l'Indonésie en passant par la Géorgie, et est invité à correspondre avec chacun d'eux.

En 2018, l’artiste élabore avec le scénographe Alain Lagarde un projet autour de Boris Vian, L’Écume des jours – Rêverie virtuelle et sonore, mêlant arts vivants et numériques. Présenté en avant-première au Festival international de Baia Mare, dans le cadre de la Saison France-Roumanie, la performance, vivement saluée, reçoit le Prix Spécial du Jury.

 
  • 2012

    2012

    Julie Desmet-Weaver joue dans Victor Hugo et la politique au Théâtre du Gymnase.

  • 2013

    2013

    Elle met en scène le spectacle Oz, qui part deux mois en tournée au Liban.

  • 2016

    2016

    Elle adapte Phèdre avec le soutien de la chorégraphe Eugénie Andrin et du danseur étoile Jean Guizerix.

  • 2019

    2019

    Elle crée L’Écume des jours – Rêverie virtuelle et sonore en collaboration avec le scénographe Alain Lagarde au Centquatre.

L'Institut français et l'artiste

L’Écume des jours – Rêverie virtuelle et sonore, de Julie Desmet-Weaver est référencé sur Culturevr.fr, plateforme de l'Institut français qui dresse un panorama de l'innovation culturelle en matière de réalité virtuelle.

L'institut français, LAB