de portraits
Portrait
Cinéma
Théâtre

Nicolas Maury

Quand je choisis un rôle, j’ai besoin d’être inquiété, sinon c’est de l’ergonomie, c’est un meuble Ikea. On sait exactement comment il va être à la fin.

Connu du grand public pour son rôle d'assistant lunaire dans la série Dix pour cent, Nicolas Maury s'épanouit loin des sentiers battus. Sous la direction de Yann Gonzalez au cinéma ou de Robert Cantarella au théâtre, il aime remettre en question sa pratique d'acteur pour être là où personne ne l'attend.

Publié le 17/03/2020

2 min

Né en 1980 et élevé dans une petite commune du Limousin, Nicolas Maury trouve à la bibliothèque municipale un refuge pour son imaginaire. Il rencontre le cinéma en 1998, lorsque Patrice Chéreau vient tourner Ceux qui m'aiment prendront le train à Limoges. Au côté de Jean-Louis Trintignant, Valérie Bruni Tedeschi ou Charles Berling, il interprète un petit rôle qui lui met le pied à l'étrier.

Il entre ensuite au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris et reprend le fil de sa carrière en 2005 avec des apparitions au cinéma (Les Amants réguliers, de Philippe Garrel) et le début d'une fructueuse collaboration théâtrale avec le metteur en scène Robert Cantarella (La Jalousie du Barbouillé, au Théâtre de Dijon).

Révélé en soubrette ambiguë dans Les Rencontres d'après minuit (Yann Gonzalez, 2013), mais surtout par son rôle emblématique dans la série Dix pour cent (à partir de 2015), il glisse aisément du cinéma d'auteur aux comédies populaires. En 2020, il passe derrière la caméra avec son premier film en tant que réalisateur : Garçon chiffon.

Son homosexualité assumée aurait pu cantonner Nicolas Maury à un registre unique. C'est sans compter sur le caractère de cet acteur qui n'aime rien tant que de jouer des ambiguïtés de son corps pour approfondir sa palette. Il affirme ainsi un sens du burlesque frondeur dans la comédie Let my people go ! (Mikael Buch, 2010) avant d'évoluer plus en retenue chez Rebecca Zlotowski (Belle Épine, 2011).

Sa fidélité à des auteurs aux choix radicaux lui permet également d'explorer de nouveaux territoires. Il retrouve ainsi deux fois Riad Sattouf, mais aussi Yann Gonzalez qui lui offre, en 2018, la possibilité de jouer un personnage à l'imagination débridée aux côtés l’idole de sa jeunesse, Vanessa Paradis, dans Un Couteau dans le cœur.

Dès sa première apparition au cinéma, dans Ceux qui m'aiment prendront le train, Nicolas Maury monte les marches du Festival de Cannes. Il retrouve régulièrement ce grand rendez-vous international avec les films de Yann Gonzalez, sélectionnés à deux reprises en 2013 et 2018, mais aussi le premier long métrage d'Erwan Le Duc, Perdrix, nommé pour la Caméra d'or en 2019.

Au théâtre Nicolas Maury acquiert une dimension internationale grâce à ses nombreux passages au Festival d'Avignon, avec Robert Cantarella (Hippolyte en 2005) ou Guillaume Vincent (La nuit tombe en 2012).

  • 1998

    1998

    Nicolas Maury obtient son premier rôle dans Ceux qui m'aiment prendront le train de Patrice Chéreau.

  • 2001

    2001

    Il sort diplômé du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris.

  • 2011

    2011

    Son rôle dans Let my people go ! lui vaut d'être pré-sélectionné pour le César du meilleur espoir masculin.

  • 2015

    2015

    La première saison de Dix pour cent est diffusée sur France Télévisions. Il y endosse le rôle d'Hervé.

  • 2019

    2019

    Après plusieurs années d'écriture, Nicolas Maury entame le tournage de son premier long métrage en tant que réalisateur, Garçon Chiffon, avec Nathalie Baye.

L'Institut français et l'artiste

Perdrix, d'Erwan Leduc et Dix pour cent sont diffusés à l'international par l'Institut français.

 

L’Institut français propose un catalogue de plus de 2 500 titres permettant au réseau culturel et à ses partenaires de diffuser des films français dans le monde. Découvrir IFcinema

 

L'institut français, LAB