de portraits
Image
Omar Abi Azar
Crédits
Omar Abi Azar © Zoukak Collective
Portrait
Théâtre

Omar Abi Azar

Mon combat, c’est de construire quelque chose dans un pays où on ne considère pas le théâtre comme un vrai métier.

Omar Abi Azar est metteur en scène et membre fondateur du collectif théâtral libanais Zoukak, qui associe depuis 2006 création de spectacles et art-thérapie auprès des exilés.

Mis à jour le 07/04/2021

2 min

C’est à l’Université Libanaise de Beyrouth qu’Omar Abi Azar s’initie au théâtre contemporain. Avec un groupe d’étudiants il cofonde en 2006 le collectif Zoukak, auquel son destin restera toujours intimement lié. Son travail comprend notamment la performance Hussein, qu’il a écrite et interprétée, et de nombreuses mises en scène : Hamlet Machine (2009) et Hamletmachine 2 (2010), de l’auteur Heiner Müller, ou encore School Acts (2013), un spectacle destiné aux scolaires libanais. Ces dernières années, il a multiplié les créations et les résidences à l’étranger, avec notamment The Jokers (2017) et I Hate Theater I Love Pornography (2019), développé au sein du Sundance Theater Lab.

En 2006, l’année même de sa création, le collectif Zoukak est déjà rattrapé par la guerre, et expérimente des premières formes d’art thérapie auprès des déplacés et des victimes du conflit entre Israël et le Liban. Omar Abi Azar dirige ce travail social et humain, qui s’organise autour d’ateliers et de la transmission d’une méthode de thérapie par le jeu. Auprès des réfugiés, des victimes de la guerre ou de violences conjugales, le collectif Zoukak tente de faire du plateau un lieu de réflexion, d’écoute et d’affirmation de soi. Le but étant de parvenir à offrir un espace sécurisé (safe space) et une temporalité différente à un public qui est souvent privé de parole.

En 2013, il fonde le festival international Zoukak Sidewalks, dédié au théâtre et à la performance. A l’invitation de l’association Histoires vraies de Méditerranée, il travaille également avec les chauffeurs de bus de Toulon, et s’efforce de collecter leurs histoires. La même année, au sein du collectif Zoukak, il intervient dans la « Jungle » de Calais, où il anime des ateliers théâtraux avec les migrants. Le collectif sera ainsi récompensé par le Prix Culture pour la paix, qui lui est remis en présence du Président de la République Emmanuel Macron au musée du quai Branly – Jacques Chirac. Le collectif sera néanmoins durement touché par la crise que traverse actuellement le Liban : pendant l’été 2020, le studio Zoukak, qui comporte des espaces de travail et une salle de représentation, est en partie détruit par l’explosion au port de Beyrouth. Le collectif est désormais à la recherche de soutiens internationaux pour financer les réparations.

  • 2006

    2006

    Fondation du collectif Zoukak.

  • 2009

    2009

    Création du spectacle Hamletmachine.

  • 2013

    2013

    Première édition du festival international Zoukak Sidewalks.

  • 2016

    2016

    Intervention dans la « Jungle de Calais » auprès des migrants.

  • 2017

    2017

    Le collectif Zoukak obtient le Prix Culture pour la paix.

  • 2020

    2020

    Le studio Zoukak est détruit par l’explosion du port de Beyrouth.

L'Institut français et l'artiste

Omar Abi Azar a participé à la Nuit des idées 2021 proposée par l'Institut français du Liban et l'Institut français d'Egypte. 

En savoir + sur la Nuit des idées 

L'institut français, LAB