de portraits
Portrait
Théâtre

Philippe Quesne

De Platon à Ben Laden en passant par des lieux célèbres dans la littérature ou le cinéma. Je veux interroger cette allégorie de la caverne. (...) Le théâtre est un art de la cave.

Directeur du théâtre des Amandiers à Nanterre, Philippe Quesne expérimente, joue avec les conventions du genre pour créer un univers aux contours incertains, mariant rêves et matières, allégories et expérimentations, théâtre et arts plastiques.

Mis à jour le 15/03/2019

2 min

Né en 1970, Philippe Quesne suit une formation d’arts plastiques à l’École Estienne puis aux Arts décoratifs de Paris. Pendant 10 ans, il est metteur en scène et scénographe pour le théâtre et l’opéra, et réalise différentes expositions.

En 2003, il signe son premier spectacle, La Démangeaison des ailes, avec la compagnie Vivarium Studio. Celui qui, enfant, collectionnait des insectes et élevait des phasmes « milite pour un théâtre de l’observation ». Il plonge ses acteurs, qu’il regarde évoluer à la manière d’un entomologiste, dans différents écosystèmes : petit appartement dans L’Effet de Serge (2007), cosmos dans Big Bang (2011), marécage dans Swamp Club (2013).

Depuis 2014, Philippe Quesne dirige le Centre dramatique national Nanterre-Amandiers.

Depuis 2003, Philippe Quesne construit une œuvre singulière, entre théâtre et art plastique, poésie de petits riens et mélancolie pleine d’ironie. Moins dialoguée que visuelle, chaque pièce relève d’une expérience sensorielle. Il convoque parfois des effets pyrotechniques (flammes, fumigènes, lasers), transformant la scène en champ d’expérimentation ou théâtre d’installations.

D’un groupe de rock échoué dans une clairière enneigée (La Mélancolie des dragons, 2008), aux taupes transformant leur galerie souterraine en salle de concert underground (La Nuit des taupes, 2016), Philippe Quesne invite ses spectateurs à s’engouffrer dans des mondes parallèles, où personnages, matériaux, lumière et musique dessinent d’étranges tableaux oniriques.

Avec Caspar Western Friedrich en 2016, il se tourne vers l’univers mythique du western et du romantisme allemand, et fabrique des paysages fascinants.

Les dispositifs de Philippe Quesne traversent les murs du théâtre autant que les frontières.

À Nanterre-Amandiers, en mai 2015, Philippe Quesne met ainsi en scène une simulation de COP21, Le Théâtre des négociations, création collective à laquelle participent 200 étudiants venus de monde entier. Welcome to Caveland! a vu la participation de l’artiste et cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul pour une expérience immersive, Fever Room, entre installation et cinéma.

La Nuit des taupes a été présentée au festival Alkantara à Lisbonne avec le soutien de l'Institut français en 2016 et tournera en Finlande et en Espagne en 2018 et 2019, tandis que L’Effet de Serge passera par la Suisse, l’Italie et le Royaume-Uni.

En 2019, Philippe Quesne est directeur artistique du pavillon français de la Quadriennale de design et d'architecture théâtrale de Prague.

Swamp Club by Philippe Quesne
Swamp Club de Philippe Quesne
  • 2003

    2003

    Philippe Quesne présente son premier spectacle avec la compagnie Vivarium Studio, La Démangeaison des ailes, au Festival Frictions de Dijon.

  • 2010

    2010

    Nominé au Molière du décorateur scénographe pour La Mélancolie des dragons.

  • 2013

    2013

    Swap Club, au Festival d’Avignon, met en scène un centre d’art en difficulté, perché sur pilotis au milieu d’un marécage peuplé d’étranges créatures aquatiques et terrestres.

  • 2016

    2016

    Pendant une vingtaine de jours, Welcome to Caveland! occupe les différents espaces de Nanterre-Amandiers, au rythme souterrain d’un terrier dont les galeries et tunnels englobent tous les arts : parades, théâtre (avec La Nuit des taupes), installations...

  • 2018

    2018

    Crash Park, la vie d’une île est monté au Théâtre Nanterre-Amandiers, puis entame une tournée internationale.

  • 2019

    2019

    Philippe Quesne crée Farm Fatale au Münchner Kammerspiele de Münich.

L'Institut français et l'artiste

La Mélancolie des dragons et L'Effet de Serge de Philippe Quesne tournent en 2018 en Europe et en Iran, avec le soutien de l’Institut français, qui avait également appuyé, en 2016, la diffusion internationale de la Nuit des taupes.

L'institut français, LAB