de portraits
Image
Rocio Berenguer
Crédits
Rocio Berenguer, Pulso © DR
Portrait
Arts visuels
Numérique

Rocio Berenguer

Les chercheurs essaient de comprendre le réel. J’aime aller là où ils rêvent. La quête d’imaginaire permet d’ouvrir des territoires inexplorés.

Rocio Berenguer est une artiste transdisciplinaire. Elle s’intéresse aux grands enjeux et mutations de notre monde et collabore régulièrement avec des scientifiques. Elle propose son projet tripartite G5 (2020) — un spectacle, une performance et une installation — à CHRONIQUES, la Biennale des Imaginaires Numériques. 

Publié le 17/12/2020

5 min

Rocio Berenguer naît à Barcelone en 1987. Aujourd’hui dramaturge, chorégraphe, actrice, metteuse en scène, danseuse, son parcours détonne. Elle quitte l’école à 15 ans, devient serveuse puis est engagée comme actrice de la série catalane El Cor de la Ciutat. Pendant quatre ans, elle apprend le métier de comédienne, suit des enseignements de flamenco, et s’adonne à un travail d’écriture mêlant théâtre et poésie.

Elle devient ensuite nomade. Deux années au cours desquelles elle s’initie au cirque contemporain et perfectionne sa pratique du flamenco. Elle crée la compagnie Pulso en 2010 et s’installe deux ans plus tard à Marseille, où elle se forme aux arts de la rue auprès de FAI-AR, Formation supérieure d’art en espace public. Elle crée la chorégraphie Corps/Non-Lieu (2014) et devient lauréate du 1er prix à la Biennale Les Bains Numériques.

La question du corps est principale dans l’approche de Rocio Berenguer. Ce corps, façonné par des codes comportementaux, sociétaux, envahit par la médecine et la technologie, s’incarne dans la chorégraphie Corps/Non-Lieu (2014), qui interroge sa place l’espace public.

Dans Ergonomics (2018), fiction chorégraphique qui s’inspire des nouvelles stratégies du marketing et détourne le discours des start-up, elle s’intéresse au corps malmené par notre façon de travailler ou de nous déplacer. L’artiste questionne les menaces qui pèsent sur l’avenir de l’espèce humaine.

Le triptyque G5 (2020) est une utopie où êtres vivants et non vivants sont invités à envisager une coexistence. L’hybridation de différents médiums est l’une des spécificités de son travail, auquel elle intègre pleinement les nouvelles technologies pour interroger la façon qu’elles ont de modifier nos relations interpersonnelles.

Les créations de Rocio Berenguer sont diffusées principalement en France, ainsi qu’à l’étranger. L’œuvre Homeostasis#V2 (2016), spectacle en dialogue avec l’intelligence artificielle explorant la question posthumaniste du biopouvoir, l’a notamment conduite à jouer en Côte d’Ivoire à l’occasion des Rencontres Internationales des Arts Numériques d’Abidjan. L’influence ibère de ses performances se retrouve dans sa relecture de la danse flamenco, notamment dans Serendipity (2015), mêlant chant flamenco traditionnel et musique électronique.

  • 1987

    1987

    Rocio Berenguer naît à Barcelone, en Espagne

  • 2010

    2010

    Elle crée sa compagnie Pulso et en est la directrice artistique.

  • 2012

    2012

    Elle s’installe en France et se forme aux arts de la rue auprès de la Formation supérieure d’art en espace public.

  • 2014

    2014

    Elle crée la chorégraphie Corps/Non-Lieu pour laquelle elle est lauréate du 1er prix à la Biennale « Les Bains Numériques ».

  • 2020

    2020

    Rocio Berenguer est artiste associée du Théâtre Nouvelle Génération à Lyon, jusqu'en 2021.

L'Institut français et l'artiste

Avec le projet G5 (2020), Rocio Berenguer est programmée dans le cadre de Chroniques, la Biennale des Imaginaires Numériques (12 novembre 2020 – 17 janvier 2021), dont l'Institut français est partenaire avec son Focus Arts et créations numériques. 

En savoir + sur le Focus Arts et créations numériques. 

L'institut français, LAB