de portraits
Portrait
Cinéma

Tonie Marshall

Une des grandes différences entre les sexes est là : les hommes veulent un poste, les femmes veulent un projet.

D’abord actrice puis réalisatrice, la franco-américaine Tonie Marshall a marqué l’histoire du cinéma français grâce à son œuvre féminine et ses histoires fantaisistes. Portrait de cette réalisatrice engagée, qui s’est éteinte en mars 2020, à 68 ans et qui reste, à ce jour, la seule femme à avoir reçu le César de la Meilleure réalisation.

Publié le 12/05/2020

2 min

Née en 1951 à Neuilly-sur-Seine, l’actrice et réalisatrice Tonie Marshall baigne dès son plus jeune âge dans le cinéma : fille d’un réalisateur et d’une actrice, elle grandit à Paris juste à côté d’un cinéma art et essai, le Studio des Ursulines. Si un mur sépare sa chambre de la salle de projection – ce qui lui permet d’entendre le son des films et de développer son imagination –, Tonie Marshall pénètre rapidement au cœur du cinéma en se liant d’amitié avec l’ouvreuse du studio. Elle découvre alors les films d’Ingmar Bergman, Jean-Luc Godard ou encore Eisenstein.

La jeune cinéphile se rêve d’abord danseuse, puis se lance dans une carrière d’actrice dans les années 1970, au théâtre et au cinéma, avant de passer à la réalisation avec Pentimento, comédie burlesque autour d’un deuil impossible, en 1989.

C’est en 2000, avec son film Vénus Beauté (Institut), qu’elle s’inscrit durablement dans l’histoire : elle décroche quatre César, dont celui de la Meilleure réalisation. Elle reste, à ce jour, la seule femme à l’avoir obtenu.

Tonie Marshall n’a jamais caché, surtout dans la deuxième partie de sa vie, ses engagements pour la cause féminine. En tant que réalisatrice, elle n’a de cesse de placer les femmes au centre. Anémone, Nathalie Baye, Catherine Deneuve, Audrey Tautou, Karine Viard… de nombreuses actrices iconiques l’accompagnent dans son œuvre, indépendante et inclassable, en campant des personnages écorchés vifs et parfois fantaisistes.

Qu’elle raille le milieu des cosmétiques dans Vénus Beauté (Institut) (1999) ou qu’elle dépeigne des femmes libres –comme Anémone, détective sans attache amoureuse et familiale dans Pas très catholique (1994)–ou fragiles – comme la mélancolique et solitaire Catherine Deneuve dans Au plus près du paradis (2002) –, Tonie Marshall utilise un ton léger pour dépeindre des personnalités attachantes.

Observatrice du monde contemporain, cette cinéaste effrontée interroge notre société avec Numéro une (2017), son dernier film qui dénonce la place réduite des femmes dans les entreprises et la société.

Si sa carrière d’actrice reste assez discrète, Tonie Marshall devient, en tant que réalisatrice, la cheffe de file de toute une génération de cinéastes – parmi lesquelles Brigitte Rouän, Jeanne Labrune –, à une époque où les femmes sont peu nombreuses derrière la caméra.

Sur la scène internationale, Tonie Marshall se fait connaître grâce à Vénus Beauté (Institut) en 2000. Un an après ce succès inattendu, la Franco-Américaine part tourner Au plus près du paradis au Canada et aux États-Unis.

Figure majeure du cinéma, régulièrement nommée aux César, Tonie Marshall participe aux jurys du Festival des créations télévisuelles de Luchon en 2015, du Festival Lumière de Lyon ou du Festival international du film policier de Beaune en 2019.

  • 1951

    1951

    Tonie Marshall naît à Neuilly-sur-Seine.

  • 1972

    1972

    Elle décroche son premier rôle au cinéma avec What a Flash! de Jean-Michel Barjol.

  • 1989

    1989

    L’actrice passe à la réalisation avec Pentimento.

  • 2000

    2000

    Vénus Beauté (Institut) est couronné de quatre César. Tonie Marshall devient la première réalisatrice à être distinguée d’un César de la Meilleure réalisation.

L'Institut français et l'artiste

Numéro une (2017) réalisé par Tonie Marshall, est diffusé à l'international par l'Institut français. Dans ce même catalogue cinéma de l'Institut français, vous pouvez également la retrouver en tant qu'actrice dans La Campagne de Ciceron (1990) de Jacques Davila.

 

L’Institut français propose un catalogue de plus de 2 500 titres permettant au réseau culturel et à ses partenaires de diffuser des films français dans le monde.

En savoir + sur le catalogue cinéma

L'institut français, LAB