de portraits
Portrait
Numérique

Vincent Paronnaud, dit Winshluss

Si j’ai un regard un peu sombre, c’est parce que je n’ai pas de solution et je ne sais pas si c’est à moi d’en trouver une. Mon travail, c’est de synthétiser, de montrer l’absurdité.

De la culture fanzine aux Oscars, Winshluss aime traverser les mondes et les disciplines : bande dessinée, cinéma, art contemporain… Son univers tantôt macabre, tantôt drôle ou grinçant, critique les religions, les idéologies politiques ou la production des industries culturelles. Co-réalisateur du film Persepolis, Winshluss est également l’auteur à succès d’une version parodique de Pinocchio.

Publié le 16/06/2020

2 min

Né à La Rochelle en 1970, Vincent Paronnaud, plus connu sous le nom de Winshluss, se fait d’abord connaître en tant qu’auteur de bande dessinée dans les années 1990 en dessinant dans divers fanzines, anthologies et revues (Jade, Good Stuff, Comix 2000, Upsa Comix…). En 1999, il publie son premier album solo, Super Negra, où il transforme Mickey en un personnage malveillant. En 2003, avec Cizo, qu’il connaît depuis l’adolescence, il prend les rênes de la revue Ferraille et s’impose comme un acteur incontournable de la bande dessinée indépendante francophone.

En 2007, Winshluss réalise Persepolis avec Marjane Satrapi, avant de publier en 2009 sa propre version du conte de Carlo Collodi, Pinocchio, qui rencontre un succès critique et public.

Multipliant les formes, l’artiste réalise également des sculptures ou intervient dans le champ de l’art contemporain. Il fait l’objet de plusieurs expositions, dont la plus importante reste à ce jour « Un monde merveilleux », présentée en 2013 au Musée des arts décoratifs à Paris.

Dessinateur inclassable, Winshluss cite parmi ses référencesaussi bien Walt Disney que Tod Browning (Dracula, Freaks…) ou Philippe Vuillemin. Assumant son goût pour la culture pop, il aime en détourner les figures historiques, les récits et les codes, affichant un goût pour la satire politique, et la critique des idéologies, des industries culturelles et des religions. Winshluss chérit les personnages cyniques, comme le robot Ferraille, bête et méchant, ou encore Wizz et Buzz.

« J’ai de l’éthique mais je ne suis absolument pas moral », explique-t-il. « Dans Pinocchio, je voulais montrer un peu de la complexité du monde et appuyer sur son aspect social. Dès qu’on tombe dans le social, il n’y a plus de morale… »

Son dernier ouvrage paru en 2019, L’Anarchie, co-signé avec Véronique Bergen, est un album documentaire qui revient sur les origines, l’histoire et les grandes figures du mouvement, au plus près de l’esprit libertaire qui anime son auteur.

De nombreux prix émaillent le parcours de Winshluss, dont la carrière a été marquée par deux succès dans deux genres distincts : Persepolis, au cinéma, et Pinocchio, côté bande dessinée. Le premier reçoit le Prix Spécial du Jury à Cannes en 2007, avant de remporter l’année suivante les Césars de la Meilleure adaptation et du Meilleur premier film) puis d’être nommé aux Oscars dans la catégorie Meilleur film d’animation.

Pinocchio décroche de son côté le Fauve d’or au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, qui favorise une belle visibilité au-delà des frontières françaises et des traductions en anglais ou en espagnol.

  • 1999

    1999

    Premier album publié – Super Negra – qui détourne le personnage de Mickey.

  • 2007

    2007

    Sortie de Persépolis, réalisé avec Marjane Satrapi, qui reçoit le prix du Jury à Cannes.

  • 2008

    2008

    Son album Pinocchio est applaudi par la critique et le public. Il reçoit le Fauve d’or du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

  • 2013

    2013

    Winshluss expose au Musée des arts décoratifs à Paris : « Un monde merveilleux ».

  • 2016

    2016

    Le dessinateur reçoit le prix Pépite d’or du Salon du livre de jeunesse de Montreuil pour l’album Dans la forêt sombre et mystérieuse.

L'Institut français et l'artiste

Dans la forêt sombre et mystérieuse de Winshluss, fait partie des oeuvres mises à l'honneur en 2020 lors de l'exposition « Le renouveau de la BD jeunesse ».

 

Cette exposition soutenue par l'Institut français et en partenariat avec le groupe BD du Syndicat National de l’Edition, permet de découvrir les œuvres de la nouvelle génération des auteurs de BD français et francophones dont le talent est reconnu en France mais également à l’étranger.

En savoir + sur l’exposition « Le renouveau de la BD jeunesse »

L'institut français, LAB