de rencontres
Rencontre
Débat d'idées

Zyanya Camargo

L'éloquence peut aider à faire passer des messages positifs

Zyanya Camargo a 21 ans. Étudiante en licence de Langue et Littératures Modernes françaises à Mexico, elle a remporté en avril 2019, le concours d’éloquence organisé par l’Institut français d’Amérique latine sur les droits des femmes. Elle était en juillet à Paris pour participer au programme LabCitoyen sur le même thème (« Le droit des femmes : égalité et citoyenneté »). Le 17 mars 2020, la jeune Mexicaine représentera son pays au concours international d’éloquence qui aura lieu à Paris, à l’Institut de France.

Publié le 10/10/2019

2 min

Image
Zyanya Camargo
Légende
Zyanya Camargo
Crédits
© DR

Qu’est-ce que l’éloquence à vos yeux ? 

Pour moi, la parole a un énorme pouvoir pour avoir un impact sur les autres. L'éloquence est donc un moyen idéal pour bien mener un discours. Mais je pense que, précisément parce qu'en étant éloquent on peut convaincre les autres de faire quelque chose ou les faire changer d’avis, il faut être extrêmement attentifs au message qu'on va communiquer. Je crois que l'éloquence peut nous aider surtout à faire passer des messages positifs qui puissent guider les gens vers une réflexion sur les problèmes qui nous occupent aujourd'hui. Je pense à l'éloquence surtout comme un outil pour motiver le partage d'idées dans l’ espace public, et même pour avoir confiance en soi.  

 

La langue française est-elle une langue éloquente ?

En réalité, je pense que toutes les langues peuvent être éloquentes ! Je crois que l'idée généralisée et romantique qu'on a de la langue française nous emmène à penser à elle comme une langue qui est déjà parfaite ou qui exprime un génie incomparable. Oui, je pense qu'elle est très belle et puissante, mais surtout quand les gens du monde francophone s'approprient d'elle à leur façon. J'étudie les littératures françaises et francophones, alors la langue française a une place très importante dans ma vie. J’aime étudier le français à partir de ses enjeux politiques et culturels avec d'autres pays. Je crois que, précisément grâce à ces enjeux, la langue française a l’opportunité de se renouveler constamment. J'aime penser aux langues, et surtout à la langue française – car je travaille avec elle tous les jours – comme des entités vivantes et changeantes.    

 

Pourquoi avez-vous souhaité participer à ce concours d’éloquence au Mexique ?

J'ai décidé de participer à ce concours principalement à cause du thème, sur les droits des femmes. Je me considère comme féministe et je pense que c'est urgent de parler publiquement de toutes les problématiques qui concernent les droits des femmes. Au Mexique, la violence contre les femmes a atteint des niveaux inacceptables. Entre 9 et 10 femmes sont tuées tous les jours par la seule raison d'avoir un certain type de corps – un corps qui n'est pas celui d'un homme. Être une femme au Mexique, c'est une affaire de vie ou de mort, même si la loi se vante d'être impartiale pour tout le monde. À travers le concours d'éloquence, j'ai eu l'opportunité d'exprimer mon avis, mes idées, de faire des propositions et de dénoncer ce qui doit être dénoncé. 

L'Institut français et le projet

Le concours international d’éloquence du 17 mars 2020 à l’Institut de France et les concours locaux mis en place par le réseau diplomatique sont l’une des mesures du programme présidentiel « Une ambition pour la langue française et le plurilinguisme » lancé par Emmanuel Macron en mars 2018. L’organisation des formations à l’éloquence et des concours est soutenue par l’Institut français.

L'institut français, LAB