de zooms
Zoom
Cirque
Image
Kampu  Pajé Kupy Hunikuin, Biño Sauitzvy, Résidence sur Mesure de l'Institut Français à Aldeia Pinuya, Acre, Brésil, 2021.

L’artiste Biño Sauitzvy en résidence au Brésil

L’artiste aux multiples facettes Biño Sauitzvy s’est rendu en Amazonie et à São Paulo avec le soutien de l'Institut français, pour une résidence durant laquelle il a développé le projet « L’étude des pratiques animistes brésiliennes pour la création de performances des arts de la rue ». Retour sur cette résidence en forme de retour aux sources pour cet artiste brésilien installé à Paris depuis 2003. 

Mis à jour le 26/01/2022

2 min

Né en 1974 au Brésil, Biño Sauitzvy est artiste, metteur en scène, acteur, performeur, circassien, chorégraphe, danseur ou encore chercheur. Après avoir obtenu le prix du meilleur metteur en scène de Porto Alegre en 2001 pour le spectacle M et le prix du meilleur spectacle de danse en 2002 pour Grand Genet : Notre dame des fleurs, il s’installe à Paris l’année suivante. Une fois en France, il devient Docteur en Estéhtique, sciences et technologies des arts et fonde Le collectif des yeux avec lequel il développe divers projets.

En 2021, il effectue une résidence, avec le soutien de l’Institut français, en Amazonie et à São Paulo pour développer le projet « L’étude des pratiques animistes brésiliennes pour la création de performances des arts de la rue ».

Aldeia Pinuya Hunikuin, Biño Sauitzvy, Résidence sur Mesure de l'Institut Français à Aldeia Pinuya, Acre, Brésil, 2021.
Entre o certo e o errado existe a intimidade, Biño Sauitzvy, Résidence sur Mesure de l'Institut français à UAP Usina da Alegria Planetária, São Paulo, Brésil, 2021.
Cerémonie du Nixi Pae, Biño Sauitzvy, Résidence sur Mesure de l'Institut français à Aldeia Pinuya, Acre, Brésil, 2021.

Biño Sauitzvy explique son projet

« Cette recherche porte sur la notion de corps-monde. Tel que je le propose, il s'agit d'un ensemble – un écosystème comme une forêt –, dans lequel l'homme n'est pas séparé de la nature, où il n'y a pas de rapports hiérarchisants entre les éléments constitutifs, et dans lequel l'homme n'est pas au centre comme dans l'optique anthropocentriste. Le corps-monde est ainsi un corps-nature, un corps-paysage, dans lequel l'homme est un composant parmi d'autres : l'homme est à la fois acteur et est actionné par et à travers les autres éléments environnementaux constitutifs de cet ensemble.

Cette immersion, en tant que résidence de recherche artistique, parle d'une urgence.

Certaines cultures en voie de disparition portent cette perception du corps-monde : perception de l'homme et de l'environnement qui est à la fois écosophiste, quantique et animiste-anthropologique. Nous pouvons citer, parmi d'autres, les amérindiens brésiliens tels que les Huni Kuin et les cultes syncrétiques brésiliens comme l’umbanda et le candomblé, représentés par les mythes des Orixás et qui sont issus du métissage de la culture amérindienne, de l'esclavage des personnes noires et de la colonisation européenne.

Cette immersion, en tant que résidence de recherche artistique, parle ainsi d'une urgence et se veut ici em- bodiment : la création de corps-mondes, dans l'interstice des arts de la rue, la performance et le land art, à travers l'acquisition/assimilation des connaissances cognitives autochtones, la métamorphose par la traduction / réécriture / étude comparative des techniques des arts du spectacle, finalement, l'incarnation et traduction incorporées de l’expérience de terrain, car le sujet percevant les Huni Kuin et les Orixás est l’artiste corporel. »

Biño Sauitzvy 

L'Institut français et l'artiste

Pour effectuer cette résidence au Brésil,  Biño Sauitzvy a bénéficié du soutien des résidences Sur Mesure de l'Institut français. Ce programme, désormais devenu Résidences Sur Mesure Plus+, accompagne les artistes et collectifs français ou domiciliés en France depuis plus de 5 ans, désireux de mener un projet de recherche à l'étranger. 

L'institut français, LAB