de zooms
Zoom
Danse
Image
Quito
Crédits
Bouside Ait Atmane - Battle © Richard Louvet

Le mois des cultures urbaines à Quito : la culture hip-hop célébrée en Équateur

Depuis janvier 2019, le collectif FAIR[E] a pris la direction du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne (CCNRB). Leur danse d’auteur est mise à l’honneur pendant tout le mois de septembre à Quito en Équateur.

Mis à jour le 16/09/2019

2 min

Après dix ans à la direction du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne CCNRB, le chorégraphe Boris Charmatz a passé en début 2019 le flambeau de son (ex-)Musée de la Danse au collectif FAIR[E] et à ses nombreux chorégraphes. Véritable agitateur de la danse contemporaine actuelle, FAIR[E] s’inscrit dans un projet générateur de lien social et prône des valeurs d’expérimentation et de recherche. Très largement influencé par la culture hip-hop, le collectif FAIR[E] participe en septembre 2019 au Mois des cultures urbaines en Équateur aux côtés d’artistes locaux et de la compagnie YZ, Y comme Yanka Pedron et Z pour Bouside Aït-Atmane (par ailleurs membre du collectif FAIR[E]).

 

L’action comme façon de voir le monde

Le collectif FAIR[E] est composé de huit membres : Six chorégraphes et danseurs  —  Bouside Aït-Atmane, Iffra Dia, Johanna Faye, Linda Hayford, Saïdo Lehlouh et Ousmane Sy — et deux productrices — Céline Gallet et Marion Poupinet. Ensemble, ils ont pris la direction du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne.

« Nous défendons l’usage du faire comme façon de voir le monde. Comme une manière de s’approprier par action-réaction notre environnement immédiat et injecter, là où nous le pouvons, du désir, de la poésie, de l’équité, de l’imaginaire, de la joie, du partage, du commun », explique le collectif. Très largement influencé par les différentes esthétiques hip-hop, FAIR[E] propose des spectacles au carrefour entre la breakdance, le krump, la house dance, en puisant également aux danses latines et contemporaines.

 

Hip-hop en Équateur

Pour célébrer le Mois des Cultures Urbaines, l’Alliance française d’Équateur a invité le collectif FAIR[E] et la compagnie YZ dans la ville de Quito pour un projet artistique et pédagogique découpé en trois temps. Deux artistes reconnus internationalement prennent les reines de la direction artistique : la danseuse spécialiste en breakdance Laetitia Ponce (DJ T-Sia), et Ousmane Sy, le codirecteur Centre chorégraphique de Rennes et de Bretagne et parmi les plus grands représentants français en house dance et en afro-house.

Pour commencer, les spectateurs pourront assister à des conférences dansées sur l’histoire de la danse hip-hop de 1970 à nos jours et sur la nouvelle génération d’auteurs chorégraphes francophones. Animées par des experts, les conférences sur la danse hip-hop en Équateur et en Amérique latine permettront également de découvrir des artistes locaux. En parallèle, de nombreuses battles (crew contre crew, 7 to Smoke, 1 vs 1, autrement dit des duels groupe contre groupe ou danseur contre danseur) ponctueront les festivités. Un dernier temps fort est consacré au « Jam », des soirées hip-hop d’improvisations.

 

 

Ce projet d’envergure permettra de sensibiliser un public varié aux différentes expressions esthétiques des danses urbaines et sera notamment l’occasion de faciliter les partenariats entre acteurs locaux, institutions et artistes français.

L'Institut français et le projet

Le mois des cultures urbaines en Équateur bénéficie du soutien de l'Institut français en partenariat avec Rennes et Rennes métropole.

L’Institut français s’associe aux collectivités territoriales pour le développement des échanges artistiques internationaux. En savoir + sur les programmes d'aide à projet en partenariat avec les collectivitiés territoriales

L'institut français, LAB