de zooms
Zoom
Musique
Image
Amir aux Francofolies à Ashdod

Les Francofolies à Ashdod

Après Montréal, Buenos Aires ou Kinshasa, les Francofolies font escale à Ashdod, en Israël. Sur scène : Magic System, Raphaël, Amir, Jane Birkin, ou encore, côté israëlien, Riff Cohen.

Mis à jour le 20/02/2019

2 min

Créées en 1985 à La Rochelle afin de promouvoir la musique contemporaine française et francophone, les Francofolies sont devenues un grand rendez-vous réunissant à chaque édition plus de 150 000 personnes. Claude Nougaro, Barbara, Les Rita Mitsouko ou encore Jacques Higelin font partie des artistes montés sur la scène du festival, tout comme, plus récemment, Charlotte Gainsbourg, Jain, Philippe Katerine ou encore Cœur de Pirate.

En 1989, quatre ans après la création du festival, les Francofolies s’exportent hors des frontières de l’Hexagone pour faire rayonner la musique française à l’étranger. Les Francofolies de Montréal, à l’époque deuxième ville francophone après Paris, voient le jour cette année-là, puis sont suivies d’une nouvelle franchise, en 1994, à Spa, en Belgique. Après des étapes à Buenos Aires en 1995, Berlin en 1996 ou encore Kinshasa en 2015 et Nouméa cette année, les Francofolies répondent à l’invitation de la municipalité d’Ashdod, où vivent 50 000 francophones, sur la côte israëlienne, au Sud de Tel-Aviv.

Image
Raphaël accompagné du pianiste Steve Nieve, sur la scène des Francofolies à Ashdod.
© Solal Fakiel
Raphaël accompagné du pianiste Steve Nieve, sur la scène des Francofolies à Ashdod.

Francophonie et échanges artistiques

Au programme : trois soirées de musique, de fête et d’échanges franco-israëliens. En ouverture du festival, Riff Cohen, musicienne native de Tel-Aviv, est l’invitée de Raphaël pour assurer la première partie du chanteur français avec sa pop électronique teintée de musique orientale. Auteur des chansons à succès « Caravane » et « Sur la route », Raphaël présente ensuite un concert inédit pour lequel il s’est entouré du célèbre pianiste britannique Steve Nieve. Le lendemain, la chanteuse Jane Birkin interprète sur la scène du festival des chansons écrites par Serge Gainsbourg accompagnée de l’orchestre symphonique d’Ashdod, placé sous la direction du chef d’orchestre israélien Gil Shoat. Enfin, le 27 septembre, Amir, finaliste de l’émission israëlienne « Kokhav Nolad »  (Nouvelle Star)  en Israël en 2006 et révélé par The Voice en France en 2013, présente son album « Addictions », avant de laisser la formation ivoirienne Magic System conclure l’événement.

Les Francofolies d’Ashdod sont accueillies par le festival Ushpizin (« Invités », en hébreu) qui a lieu chaque année depuis quatre ans pendant les fêtes religieuses de Souccot. Si le public israélien y trouve l’occasion de rencontrer des artistes français d’horizons différents, le festival Ushpizin permet au public francophone de découvrir ou redécouvrir des artistes israéliens, comme Danny Sanderson et Gidi Gov, Yehoram Gaon, Riki Gal, et bien d’autres.

Image
Magic System, en clôture des Francofolies à Ashdod.
© Solal Fakiel
Magic System, en clôture des Francofolies à Ashdod.
L'Institut français et le projet

Les Francofolies d’Ashdod, du 25 au 27 septembre 2018, se déroulent dans le cadre de la Saison France-Israël 2018.

La Saison France-Israël 2018 (juin-novembre 2018) est organisée et mise en œuvre par l'Institut français, le ministère des Affaires étrangères de l’État d’Israël, et les ambassades des deux pays. 

L'institut français, LAB