de zooms
Zoom
Cirque
Image
Modou Fata Touré au Cirque Electrique
Crédits
© Monsieuryoun

Modou Fata Touré au Cirque Electrique

Modou Fata Touré a effectué une résidence, à Paris, au Cirque Electrique pour travailler à la création d’Ancrage. Avec ce projet, l’artiste sénégalais questionne le cirque contemporain. Retour sur le parcours de Moudou Fata Touré et présentation d’Ancrage.

Mis à jour le 15/06/2021

2 min

Modou Fata Touré est un artiste de cirque contemporain. Il jongle entre les disciplines et fusionne sa culture sénégalaise avec celle du nouveau cirque. A l'adolescence, il découvre le cirque à la suite d’une rencontre avec la compagnie suédoise Cirkus Cirkör. Fasciné par la discipline, il décide d’y consacrer sa vie et d’en faire son métier. Quelques années plus tard, Cirkus Cirkör l’invite à venir se former en Suède. Plutôt que de faire carrière en Europe, il préfère revenir à l’Empire des Enfants pour y créer en 2009 le premier cirque du Sénégal : Sencirk. Une association qui crée des spectacles, forme de futurs circassiens professionnels, mais aussi vient en aide aux enfants de Dakar en grande souffrance sociale.

Aujourd’hui directeur artistique de Sencirk, son ambition est de proposer un nouveau visage du cirque en Afrique. Il expérimente en bouleversant les codes traditionnels en réunissant des artistes venus d’horizons différents (breakdance, gymnastique acrobatique, danse traditionnelle...) qui fusionnent leurs spécialités et leur culture sénégalaise avec celle du nouveau cirque, venu d’ailleurs.

Image
Modou Fata Touré
© DR
Après plusieurs semaines de réflexions et de recherches autour de la thématique du spectacle, la matière "paille" est arrivée comme un élément central de la création.

Entre février et avril Modou Fata Touré était en Résidence au Cirque Électrique, à Paris, dans le cadre du programme Visa pour la Création. Épaulé par son directeur, Hervé Vallée et l’équipe de Clowns d’Ailleurs et d’Ici, il a travaillé avec Ibrahima Camara à la création d’Ancrage qui a reçu une aide à l’écriture de la fondation Beaumarchais. Étape d’une création d’une semaine également au théâtre du Bas-Chemin, à Quessoy (Côtes-d’Armor), auprès de Nathalie Tarlet, directrice de la compagnie Vis Comica.

Les premiers jours de résidence ont été centrés sur des recherches autour des perches et des figures acrobatiques. © Monsieuryoun
Les premiers jours de résidence ont été centrés sur des recherches autour des perches et des figures acrobatiques. © Monsieuryoun
Les premiers jours de résidence ont été centrés sur des recherches autour des perches et des figures acrobatiques. © Monsieuryoun
Le centre d’animation Wangari, situé à quelques kilomètres du Cirque électrique dans le 20ème arrondissement de Paris, a accueilli les deux artistes sur quelques jours de répétitions. © DR
Le centre d’animation Wangari, situé à quelques kilomètres du Cirque électrique dans le 20ème arrondissement de Paris, a accueilli les deux artistes sur quelques jours de répétitions. © DR
Après plusieurs semaines de réflexions et de recherches autour de la thématique du spectacle, la matière "paille" est arrivée comme un élément central de la création. © DR
Après plusieurs semaines de réflexions et de recherches autour de la thématique du spectacle, la matière "paille" est arrivée comme un élément central de la création. © DR
Après plusieurs semaines de réflexions et de recherches autour de la thématique du spectacle, la matière "paille" est arrivée comme un élément central de la création. © DR
Le 25 mars, les artistes ont pu organiser une sortie de résidence au Cirque électrique et présenter de cette première étape de création aux professionnels et partenaires du projet. © DR
Le 25 mars, les artistes ont pu organiser une sortie de résidence au Cirque électrique et présenter de cette première étape de création aux professionnels et partenaires du projet. © DR

A partir de matériaux locaux, Modou questionne le cirque contemporain.  Selon lui, les quelques tentatives de cirque contemporain naissantes s’inspirent directement des pratiques européennes, au risque de perdre leur identité́ africaine. Avec Ancrage, il questionne l’Europe et l’Afrique : Et si le cirque contemporain n’était pas seulement européen ? Et si le cirque africain n’était pas seulement traditionnel ? A travers Ancrage, Modou et Ibrahima redonnent au cirque son identité́ africaine et laissent voir une discipline empreinte d’une grande liberté́. Quelques matériaux ont été rapportés du Sénégal : sacs de riz, balais traditionnels, échelle en bois... auxquels se sont ajoutées des matières brutes comme la terre, le sable, l’aluminium, la paille. Matières détournées à partir desquelles ils créent de nouveaux agrès et de nouvelles techniques.

Reportage France 3 Bretagne sur le travail en cours de Modou Touré et Ibrahima Camara dans le cadre de leur résidence à Cie Vis Comica pour leur nouvelle création “Ancrage”.
Reportage France 3 Bretagne sur le travail en cours de Modou Touré et Ibrahima Camara dans le cadre de leur résidence à Cie Vis Comica pour leur nouvelle création “Ancrage”.
L'Institut français et l'artiste

Sencirk a reçu le soutien du programme Accès Culture. Piloté par l’Institut français et l’Agence Française de Développement (AFD), Accès Culture est un programme visant à cofinancer des projets culturels sur l’ensemble du continent africain dans le but de favoriser le lien social et les collaborations entre acteurs culturels africains et français. 

En savoir + sur Accès Culture

L'institut français, LAB