de zooms
Zoom
Théâtre
Image
Nouvelles dramaturgies françaises et brésiliennes à Sao Paulo

Nouvelles dramaturgies françaises et brésiliennes à São Paulo

Trois théâtres français s’associent à huit festivals brésiliens pour mettre en miroir les écritures contemporaines des deux pays. Première étape à São Paulo, avec Mohamed El Khatib et Gabriel F.

Mis à jour le 14/03/2019

5 min

Le 21 mars 2019, à la Mostra International de teatro (MITsp) de São Paulo, Mohamed El Khatib présentera, en collaboration avec Gabriel F., dramaturge brésilien, auteur notamment des Naufragés, une mise en espace de C’est la vie, traduit en portugais pour l’occasion. C’est là le coup d’envoi du projet « Pleins feux. Nouvelles dramaturgies françaises et brésiliennes », qui fera dialoguer, en 2019 et 2020, auteurs français et brésiliens.

A l’origine du projet, il y a la rencontre d’Arnaud Meunier, directeur de la Comédie de Saint-Étienne, et de Marcia Dias, directrice du festival Tempo de Rio de Janeiro. Tous deux souhaitent ouvrir les « frontières textuelles » et faire travailler ensemble des auteurs des deux pays.

Chef de file du projet en France, la Comédie de Saint-Étienne a proposé les textes originaux de huit auteurs français – quatre hommes et quatre femmes –  qui viendront chacun mettre en espace leur texte dans un festival, en collaboration avec un auteur brésilien proposé par le festival accueillant.

Confronter les points de vue

Le projet cherche la confrontation des points de vue artistiques. Les auteurs ne se connaissent pas, ils ne se sont pas choisis et ne se sont pas rencontrés en amont. Chaque duo a été néanmoins formé en fonction de résonances dans les thèmes abordés ou dans la démarche artistique.

C’est à l’auteur accueillant de proposer de mettre en valeur le texte de l’auteur invité sur un plateau de théâtre : il ne s’agit pas encore d’en faire un spectacle mais d’abord de faire entendre une parole, une histoire encore inconnue des spectateurs brésiliens.

Certains thèmes raisonnent fort entre les auteurs, à l’image d’Alexandra Badea et Marcio Abreu qui ont tous deux des préoccupations très politiques : l’une proposera un texte sur la vie en entreprise, l’autre sur les favelas brésiliennes. Pedro Kosovski évoquera aussi le Rio de Janeiro d’aujourd’hui et accueillera le texte de Pauline Sales qui travaille sur des thématiques féminines, ou encore Silvero Pereira, qui se confronte à la notion de la transsexualité au Brésil, partagera quant à lui son travail avec Marion Aubert qui s’interroge avec son équipe sur sa façon d’être au monde, de vivre (sa sexualité notamment), à partir d’une pièce de Jean Genet.

Ouverture internationale et prise de parole politique

Pour ces auteurs français montants – dont les textes n’avaient pas encore été traduits en portugais –, le projet est une opportunité d’ouvrir une fenêtre sur l’étranger. Arnaud Meunier explique : « Ces dramaturges sont à l’image d’une nouvelle génération d’auteurs qui représentent à merveille la vitalité et la diversité que connaissent les écritures françaises aujourd’hui. ». Pour les Brésiliens, l’enjeu est devenu rapidement plus politique.

Les textes français seront publiés en brésilien aux Éditions Cobogó. Ce sera ensuite au tour de la France d’accueillir les écritures contemporaines brésiliennes, en 2020, au Théâtre national de La Colline à Paris, au Festival Actoral à Marseille et à la Comédie de Saint-Étienne.

L'Institut français et le projet

Le projet est soutenu par l’Institut français dans le cadre de sa convention avec la Ville de Saint-Étienne. En savoir + sur le partenariat entre l'Institut français et la Ville de Saint-Étienne

 

L’Institut français s’associe à 21 collectivités territoriales pour le développement des échanges artistiques internationaux. 

L'institut français, LAB